Le financement d’entreprise en 2018 : état des lieux

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Le financement d’entreprise en 2018 : état des lieux

Découvrez les quelques mesures du projet de loi PACTE qui visent à améliorer la compétitivité et le financement des TPE/PME françaises ainsi que l’état des lieux du financement d’entreprise en 2018. Au regard des annonces à prévoir avant la fin de l’année, 2019 promet d’être riche en actualités business : une bonne nouvelle pour les entreprises françaises qui renouent avec la croissance depuis quelques mois.

Loi PACTE : une loi pensée pour améliorer la compétitivité des TPE/PME françaises

La loi PACTE, pour Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, présentée en Conseil des ministres mi-juin, avant son passage au Parlement en septembre l’essentiel, propose une vision 360 du monde entrepreneurial. Voici quelques détails du projet liés principalement au financement d’une entreprise en phase de développement.

  • Rehausse de 5 % à 20 % du taux minimal des avances versées aux PME titulaires de marchés publics
  • Simplification du pacte Dutreuil en matière de transmission
  • Éligibilité aux PEA-PME des titres émis dans le cadre du financement participatif
  • Création d’un fonds pour l’innovation de rupture doté de 10 milliards d’euros
  • Élargissement de la liste des secteurs concernés par les investissements étrangers en France (IEF)

Pour les TPE/PME, non concernées par ces dispositions, il faudra s’en remettre à un financement d’entreprise « classique » ou consulter la base de données « Aides entreprises », mise en place par les services publics, afin de vérifier si elles ne sont pas éligibles aux différentes aides et crédits d’impôt possibles en 2018.

 

Les leviers de financement d’entreprise classiques

 

En phase de développement, une TPE/PME a besoin de lever des fonds. De nombreuses solutions de financement d’entreprise s’ouvrent alors à elle : financements bancaires, prêts participatifs, garanties, business angels, capital-risque… Si ces leviers classiques de financement n’ont pas connu d’évolutions majeures en 2018, ils apportent des réponses différentes aux besoins des entreprises.

 

Le financement d’entreprise par les banques

 

Certes, les banques se désengagent peu à peu des prêts à court terme et sont frileuses au financement de l’innovation. Mais, elles contribuent à l’activité des entreprises en soulageant leur trésorerie, à travers les découverts et à l’escompte d’effets de commerce. De plus, si l’entreprise est solide, elle reste l’interlocutrice privilégiée pour un entrepreneur, assuré de ne pas perdre le contrôle de sa société en empruntant à son banquier.

Découvrez toutes les étapes à suivre pour créer son entreprise avec Entreprise-et-compagnie.fr.

Les business angels et le financement des entreprises

 

La fédération nationale France Angels estime à 4 500 le nombre de business angels qui participent au financement d’entreprise en France. La fédération précise que « les 63 M€ investis par Business Angels ont mobilisé 71 M€ supplémentaires, soit un financement par fonds propres de 134 M€ pour les start-up soutenues par Business Angels en 2017. Les co-investissements sont principalement réalisés avec des fonds privés (14,1 M€), régionaux (13 M€), les banques (2,7 M€) et d’autres acteurs tels que les plateformes de crowdfunding (1,4 M€). La levée de fonds typique pour une entreprise financée par Business Angels est d’environ 350 k€ avec un record de 900 k€ pour une seule entreprise en 2017 ».

 

Le private equity : levier indéniable du financement d’entreprise en France

 

Il existe environ 300 acteurs français du « private equity » qui travaillent au financement d’entreprise. Selon le magazine Les Échos Investir, « ils ont investi 14,3 milliards d’euros (+15 %) dans 2 142 entreprises (+13 %). Les start-up et les PME ont représenté 72 % du total et les ETI (entreprises de taille intermédiaire) 26 %, mais près de 20 % des entreprises ont concentré environ 90 % des investissements. De plus, les montants investis dans les seules entreprises françaises ont progressé de +32 % entre 2016 et 2017, la France représentant 85 % des entreprises investies, une proportion stable ». Une année record pour le financement d’entreprise !

 

Les prêts interentreprises : un mécanisme encore confidentiel

Deux ans après sa promulgation afin de répondre au désengagement des banques sur les prêts à court terme favorisant le financement d’entreprise, la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron », ne semble pas faire des émules, comme le rappelle Corinne Caillaud dans son article Deux ans après, le prêt interentreprises reste confidentiel, paru en 25 mai 2018 sur le site du Figaro. Pourtant, grâce à cette disposition, les sociétés à responsabilité limitée (SARL) et sociétés par actions ont toute licence pour prêter des fonds à des microentreprises, des PME ou des entreprises de taille intermédiaires (ETI). Le caractère très contraignant de critères d’octroi explique sans doute cet insuccès. En effet, les prêts ne doivent pas excéder deux ans. De plus, un lien économique entre les deux entités doit exister. Cette formule est donc à suivre dans le temps.

 

Liste des aides et crédits d’impôt 2018 participant au financement d’entreprise

Entre allègements fiscaux et nouveaux dispositifs de la « Banque publique d’investissement », le financement d’entreprise est devenu plus aisé que par le passé. Pour trouver l’aide publique la plus adaptée à votre besoin de financement d’entreprise, il vous désormais est possible de consulter la base de données « Aides entreprises », mise en place par les services publics. Il suffit de préciser vos besoins de financement — création, reprise, export, innovation, éco-développement, etc. —, de sélectionner votre localisation ou de saisir votre numéro de SIRET. Une aide possible vous sera alors proposée.

 

Classement des aides selon leur nature

 

  • Exonération de charges sociales
  • Prêt d’honneur
  • Prix
  • Subvention
  • Prêt Avance remboursable
  • Garantie
  • Allègement fiscal
  • Bonification d’intérêt
  • Participation en capital
  • Appel à projets
  • Crédit-bail

Pour conclure, de nouvelles dispositions favorisant le financement d’entreprise ont permis de participer à la croissance en France en 2018, mais pas seulement. La dynamique entrepreneuriale et l’action des private equity ou fonds d’investissement, à l’instar des business angels, ont permis aux entreprises françaises de trouver le financement nécessaire pour se développer, investir et partir à la conquête de nouveaux marchés. Gageons que la future loi PACTE complètera efficacement les dispositifs existants et incitera davantage les investissements dans les entreprises françaises, dont la compétitivité s’affirme chaque jour davantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veux-tu  commencer à construire ton patrimoine ?

Profites pour commencer à t'enrichir et exploites le système grâce à ce premier placement jusqu'à 10%
Je veux moi aussi gagner
* vous souscrivez à la newsletter richesse et finance et vous serez redirigé vers l'opportunité d'investissement du moment (lendix)
close-link

Recevez nos petits secrets pour devenir riche.

Profitez-en pour recevoir gratuitement par mails tout ce que vous avez besoin:
-les bons plans, les informations exclusives, les meilleurs conseils...
J'en profite
close-link