Crowdfunding France

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Tout ce que vous devez savoir sur le crowdfunding en France

Dans les conversations, on entend de plus en plus le terme « crowdfunding ». En effet, ce nouveau type de financement avance fièrement toute voiles dehors, et la France ne fait pas exception à ce nouveau phénomène. Ce sujet vous intéresse ? Nous avons regroupé dans cet article toutes les informations qu’il est essentiel de connaître. Après cela, vous serez parfaitement incollable sur le thème du crowdfunding en France. Qui sait, peut-être allez-vous même vous lancer vous-aussi ?

Le crowdfunding, mais qu’est-ce que c’est ?

 

Avant toute chose, il est important de mettre une définition précise sur ce terme. Concrètement, il s’agit d’un mot anglais qui se traduit littéralement par « financement participatif » ou encore « financement par la foule ». Une fois que l’on sait cela, le concept commence à devenir un petit plus clair. Néanmoins, certaines subtilités peuvent également apparaître avec le terme « financement participatif ».

 

Si vous entendez parler de crowdfunding, sachez qu’il s’agit simplement du fait qu’un nombre, souvent important qui se mettent à participer financièrement à l’élaboration d’un projet. Généralement, ce genre de dispositif existe essentiellement sur le web. On peut d’ailleurs dire qu’il a connu sa popularité grâce à l’essor des réseaux sociaux qui simplifient toujours plus les communications entre les personnes.

Si l’on veut aller un peu plus loin, on peut préciser que le crowdfunding vient se positionner comme un processus de désintermédiation. En effet, pour se voir financer un projet, il n’est plus nécessaire d’avoir recours à l’argent d’un organisme de prêts, même si parallèlement c’est toujours possible en plus du crowdfunding. Pour les particuliers, il est également possible d’investir des petites sommes dans divers projets qui leur tiennent à cœur, sans pour autant avoir une entreprise ou un statut particulier.

Vous l’aurez compris, depuis l’essor du financement participatif, les banques ne sont plus les reines lorsque l’on parle d’investissement de fonds et de capitaux. De cette façon, il peut s’avérer plus simple de mettre en place un nouveau projet sans avoir une pression quelconque de la part de l’organisme qui l’a financé.

Si l’on devait résumer simplement ce qu’était le crowdfunding, on pourrait dire qu’il s’agit d’une simple levée de fonds qui touchent tout le monde et qui a pour but la réalisation d’un projet, peu importe sa nature.

Les origines du crowdfunding

 

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le financement participatif n’est pas une pratique qui date d’aujourd’hui. En effet, depuis bien longtemps, il existe des systèmes qui permettent à n’importe qui, professionnels ou non, de participer financièrement à des projets, notamment artistiques. Néanmoins, avec l’avènement des réseaux sociaux, il a été possible de remettre en lumière cette pratique et la rendre encore plus accessible à toutes les personnes qui souhaitent investir un peu d’argent dans un projet.

 

Si l’on regarde de plus près l’histoire de notre civilisation, on retrouve des traces de ce qui était les premiers « crowdfunding » il y a plusieurs siècles. À titre d’exemple, lorsqu’il fallut construire la Statue de la Liberté pour l’offrir aux Américains, une campagne de financement fut mise en place. Ceci remonte à l’année 1875. Bien évidemment, Facebook n’était pas encore là pour faire circuler l’information qui était alors relayée dans la presse et par le biais de spectacles et de banquets. À l’aide des dons qui ont été faits par des milliers de particuliers, la Statue de la Liberté a pu voir le jour. Étonnant, non ?

 

Dans les années 1950, on relève également un autre parfait exemple de financement participatif. À cette époque, John Cassavetes passe un message à la radio. Il annonce sa volonté de produire un film indépendant qui ne serait pas sous la coupe des studios de cinéma. Pour financer ce projet, près de 2 000 personnes se mobilisent et donnent l’argent nécessaire dès le lendemain de l’annonce.

 

Si vous voulez des exemples plus récents, vous pouvez vous pencher sur l’histoire du chanteur Grégoire. Il avait attiré l’attention de la presse en étant produit par le public via le site internet My Major Company. Grâce à la mobilisation des internautes, il a pu connaître une réussite certaine. Ce cas n’est pas unique puisque la chanteuse Irma bénéficia également de ce système. En 2008, cette nouvelle façon de produire un album devient possible pour tous les artistes qui ont besoin d’un petit coup de pouce pour se lancer dans le milieu artistique.

 

Le crowdfunding a pris une place tellement importante dans le monde que le Président Obama a signé la loi JOBS et a présenté un projet portant le nom de « projet de loi sur le financement participatif ». En faisant ça, il a permis d’alléger la réglementation sur la recherche de financement extérieur et donc a apporté une aide conséquente à de nombreuses PME.

 

Les différentes formes de crowdfunding

 

Avec l’essor du financement participatif, la législation s’est vue dans l’obligation de réglementer cette pratique. De plus, différentes formes de financement participatif ont été identifiées afin de savoir précisément à quoi l’on a affaire. Généralement, on distingue six formes de crowdfunding, mais on les classe souvent en 3 catégories.

Le don

Dans un tout premier temps, on retrouve le don. Ce dernier se fait sans aucune attente et sans obligation de contrepartie. Tout le monde est en mesure de faire un don, aussi bien une personne physique que morale. Dans la définition du don, on retrouve un terme très important : l’acte désintéressé. Même si dans certains cas, une personne peut recevoir quelque chose en contrepartie, il faut garder en tête qu’un don n’a pas vocation à être rendu d’une quelconque manière.Notons qu’il existe aussi des cagnottes communes ou pots communs.

 

On en vient donc à notre deuxième forme de crowdfunding : le don avec contrepartie. Peut-être avez-vous déjà vu des campagnes de financement participatif où certaines choses vous étaient promises en échange de votre investissement ? Ce dispositif s’avère être très efficace puisque les personnes ne donnent pas pour rien. Généralement, les contreparties ont un lien avec le projet qui est financé. On peut assimiler cette forme de financement participatif à du troc. À noter que la contrepartie peut s’avérer matérielle, mais pas seulement. En effet, dans certains cas, il est possible que cette dernière soit plus symbolique. Cela peut se traduire par une publicité, du temps accordé, etc.

Des sites en France

 

  • KissKissBankBank (généraliste)
  • Tributile (généraliste)
  • Ulule (généraliste)
  • Blue Bees(agriculture)
  • Miimosa (agriculture)
  • Cocoricauses (agriculture)
  • Collecticity (collectivité)
  • Commeon (mécénat)
  • Dartagnans (patrimoine)
  • Tudigo (proximité)
  • Humaid (santé /solidarité)
  • Zeste (solidarité)
  • La financière du sport (sport)
  • Fundovino (vin)
  • Winefunding (vin)
  • Cofundy (Afrique)
  • Kocoriko (Auvergne Rhones Alpes)
  • J’adopte un projet (Aquitaine Limousin et Poitou-Charente)
  • Graines d’actions ( bourguignons franche-comté d’utilité sociale)
  • Freelendease (Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne)
  • GwenneG (bretagne)
  • Kengo (bretagne)
  • Oze ( manche)
  • Mafinancelocale (haut de France)

Prêt

Ensuite, on retrouve le prêt. Cela vous étonne ? Eh bien, sachez que des plateformes de crowdfunding ont spécialement été conçues sur ce principe. Le concept s’avère très simple. Si vous avez un projet à financer, vous vous rendez sur l’une de ces plateformes et vous soumettez votre idée à une large communauté de prêteurs. Chacun a la possibilité de participer en fonction des moyens qu’il possède. Néanmoins, à l’inverse du don, cet argent devra être remboursé dans le délai qui aura été défini au préalable. En fonction de la plateforme et des accords qui ont été passés, il se peut que le remboursement se fasse avec des intérêts ou non. Cette pratique se retrouve sous un autre nom : le crowdlending.

Pour finir, on retrouve comme forme de crowdfunding le microcrédit solidaire. Comme son nom l’indique, ce dernier se destine au financement de micro-projet. Cette pratique est particulièrement populaire dans les pays en voie de développement qui nécessitent des petits coups de main afin de favoriser l’essor d’une activité.

Des sites en France

Personnellement comme tous les investisseurs j’utilise plusieurs plateformes (une dizaine) comme  bolden ou encore lendix  wesharebonds (partagez la somme de 50 € dès 200€ investit sur WeShareBonds. Code parrain : julien_floer@hotmail.fr ), les entrepreteurs (20 € offerts pour 200 € prêtés sur Les entreprêteurs avec le code parrainage PARRAIN202047).

  • Bolden (géneraliste)
  • Crédit.fr (généraliste)
  • Lendix (généraliste)
  • Les entreprêteurs (généraliste)
  • Anaxago (généraliste/ immobilier)
  • Unilend (généraliste)
  • Club funding (généraliste)
  • Finple (généraliste)
  • Investbook (généraliste)
  • Hello merci.com (généraliste /prêts entre particuliers)
  • Look et fin (généraliste)
  • Options.bzh (généraliste)
  • Prexem (généraliste)
  • Tributile (généraliste)
  • Wesharebonds (généraliste)
  • BlueBees (agriculture)
  • Collecticity (collectivité)
  • Enerfip (développement durable, energie)
  • 1001 pacts (développement durable/solidarité)
  • lendosphère (développement durable)
  • Lumo (développement durable)
  • Bee for deal (immobilier)
  • Immocratie (immobilier)
  • Canberra immo (immobilier)
  • Fundimmo (immobilier)
  • Hexagon-e (immobilier)
  • Homunity (immobilier)
  • Immovesting (immobilier)
  • Weeximmo (immobilier)
  • Tudigo(proximité)
  • Babyloan (solidarité)
  • Microworld (solidarité)
  • Pretdechezmoi.coop (solidarité)
  • Spear (solidarité)
  • Edukys ( prêts étudiants)
  • Winefunding (vin)
  • Freelendease (grand est)
  • Gwenneg (grand ouest)
  • Feedelios (outre mer)
  • Solylend ( Pays en développement)

 

Actions/royalties

Appelé également equity crowdfunding, l’investissement en capital s’avère être également un des modes de financement possibles. Concrètement, les personnes qui décident de participer au projet se retrouvent être actionnaires. On retrouve souvent des projets visant à la création d’entreprises dans cette forme de crowdfunding. À la fin, cela se traduira par une société où les capitaux seront détenus par des petits actionnaires. L’argent qu’ils auront investi leur permettra notamment d’avoir un droit de regard sur le projet, un droit de vote et une partie des bénéfices leur reviendra.

 

Si les investisseurs s’avèrent être coproducteurs, on parlera de production communautaire. Ce mode de financement peut s’avérer très avantageux car il permettra aux personnes qui ont versé de l’argent dans le projet de toucher de royalties. Si vous désirez investir par ce biais, sachez qu’il est important de se pencher sur les différentes modalités. Effectivement, il se peut que les royalties ne soient que des cadeaux promotionnels, tout dépend du projet. Néanmoins, dans tous les cas, vous pouvez être certain d’avoir une contrepartie pour avoir investi une somme d’argent.

 

Des sites en France

En plus d’une assurance vie, j’ai donc quelques sites que j’utilise.

  • Wiseed (géneraliste)
  • Sowefund (généraliste)
  • AB Funding (généraliste)
  • Kiosk to invest (généraliste)
  • Anaxago (généraliste)
  • Finple (généraliste)
  • mywinpme (généraliste)
  • Enerfip (énergie propre)
  • 1001 pact (développement durable, solidarité)
  • Lendosphére (développement durable, énergie)
  • Lumo (développement durable, énergie)
  • Canberra immo (immobilier)
  • Immovesting (immobilier)
  • Monego (immobilier)
  • Proximea (immobilier)
  • Inidev (ville intelligente)
  • The goodinvest (vin, hotellerie)
  • Tudigo (proximité)
  • Winefunding (vin, hotellerie)
  • Freelendease (Grand est)
  • GwenneG (grand ouest)
  • Feedelios (outre mer)
  • Ginkgofi (ile de France)
  • Afrikwity (Afrique)

Crowdfunding: Liste des plateformes Françaises de financement en royalties

  • WEDOGOOD
  • MY PHARMA COMPANY
  • Plateformes de profits partagés

À qui s’adresse le crowdfunding ?

 

Vous avez un projet et vous ne savez pas comment le financer ? Il se peut bien que le crowdfunding soit la solution idéale pour vous. En effet, depuis l’apparition des nombreuses plateformes qui soutiennent ce mode de financement, de nombreux projets ont pu voir le jour, et ce peu importe le secteur d’activité.

 

De nos jours, on retrouve de nombreux domaines qui s’appuient sur le financement participatif pour se développer de façon optimale. Que votre projet soit professionnel ou personnel, il y a une solution. À titre d’exemple, si le projet que vous devez financer est personnel, vous pouvez vous tourner vers les micro-crédits, la finance solidaire ou bien encore le prêt entre particuliers dit p2p lending chez les anglos saxon.

 

Si vous êtes une entreprise et que vous avez envie de mettre de nouveaux produits sur le marché, ou bien que vous envisagiez de développer de nouveaux services, le crowdfunding peut également s’avérer être optimal.

 

Lorsque l’on se penche de plus près sur les possibilités du crowdfunding, on est vite étonné par la variété de propositions et de solutions que ce type de financement offre à un très grand nombre de personnes. Aujourd’hui, vous avez la possibilité de participer à un crowdfunding immobilier qui servira à financer la promotion immobilière. Vous êtes soucieux de votre environnement ? Sachez que le financement participatif peut également vous permettre de financer des énergies renouvelables, telles que le solaire ou bien l’éolienne. Depuis peu, il est également possible aux Français de prêter de l’argent par le biais du crowdfunding dans le but de financer des prêts étudiants. En bref, vous l’aurez compris, en matière de crowdfunding la proposition est très vaste et s’adresse à tout type de profils et de besoins.

 

Quels sont les avantages proposés par le crowdfunding ?

 

Si vous avez lu le début de cet article, vous avez déjà pu déceler quelques avantages de cette pratique. En réalité, il en existe beaucoup que nous allons essayer de vous mettre en lumière.

 

Vous l’aurez compris, dans un tout premier temps, le crowdfunding vous permet de ne pas être dépendant d’une banque pour mettre sur pied votre projet. Généralement, les organismes bancaires ont tendance à être assez sévères lorsqu’on leur demande des financements. Ils ne se focalisent pas sur l’idée en elle-même, mais plutôt sur des études de marché, des chiffres prévisionnels, des tableaux, etc. Avec le financement participatif, le cœur du projet est au centre des préoccupations. Si votre idée est vraiment hors du commun, elle sera l’élément déclencheur pour trouver vos financeurs.

 

Le crowdfunding est de plus en plus en vogue et si votre campagne est bien ficelée, il se peut bien qu’elle devienne virale en étant fortement partagée sur les réseaux sociaux. Si vous avez un bon taux de partages, vous remarquerez vite que votre projet pourra se développer plus rapidement que prévu. De plus, une campagne efficace vous permettra de faire grandir votre notoriété ou bien de faire connaître votre entreprise au grand public si vous venez de démarrer. Il est important de ne pas négliger la visibilité que peut vous apporter une campagne de financement participatif correctement élaborée.

 

Parmi les avantages du crowdfunding, on retrouve la rapidité. Bien souvent, les plateformes vous proposent de mettre au point une campagne ayant une durée limitée dans le temps. Généralement, elle ne pourra pas dépasser plus de trois mois. De cette façon, vous n’avez pas à attendre de longs mois, voire plusieurs années, pour voir votre projet aboutir. Eh oui, avec un financement rapide et efficace, vous allez pouvoir mettre sur pied vos projets dans la foulée.

 

Dans certains cas, vous pouvez également utiliser votre campagne de crowdfunding si vous voulez faire des préventes afin de tester votre produit. En effet, si vous avez prévu de mettre un nouveau produit en circulation, vous pouvez proposer à des particuliers de vous financer en échange des premiers articles qui seront à disposition. De cette façon, vous vous assurez d’avoir vos premiers clients.

 

De façon générale, on peut également dire que le financement participatif vous permet de rester maître de votre projet, à l’exception de l’equity crowdfunding. En effet, grâce à des financements venant d’un peu partout, vous n’avez pas à rendre de compte à une seule et même institution. Vous restez libre de mener vos idées comme bon vous semble et vous n’êtes influencé par personne.

 

On considère également que la simplicité du dispositif est perçue comme un avantage. En effet, pour donner de l’argent, les investisseurs n’ont pas besoin de remplir des tonnes de documents administratifs. Généralement, il leur suffit de cliquer sur un bouton pour pouvoir faire leur don.

Quant aux petits investisseurs, avec les centaines de site de crowdfunding qui existe, il y bien de quoi diversifier correctement son argent sans qu’une banque ne possède tout le pouvoir.

 

Quels sont les inconvénients du crowdfunding ?

 

Bien entendu, le crowdfunding ne possède pas que des avantages. Si vous vous lancez dans cette aventure, sachez que vous allez devoir faire face à quelques inconvénients. Pour éviter toutes les mauvaises surprises, mieux vaut en prendre connaissance à l’avance.

 

Tout d’abord, vous devez prendre en considération que le crowdfunding va vous demander de l’énergie. Il ne vous suffit pas de mettre en ligne votre campagne et d’attendre que les investisseurs viennent. Pour pouvoir trouver les fonds suffisants au développement de votre projet, il faudra devoir beaucoup faire parler de vous. Votre présence sur les réseaux sociaux est quasiment indispensable pour que votre campagne devienne virale. Vous allez également devoir être à la disposition des éventuels contributeurs afin de répondre à toutes leurs interrogations. Lorsque quelqu’un décide d’investir de l’argent dans votre idée, vous devez également être présent pour le remercier et pour le pousser à parler de votre projet autour de lui. En bref, lancer une campagne de crowdfunding n’est pas de tout repos, mais si vous y arrivez, le résultat en vaut vraiment la chandelle.

 

En seconde position, on retrouve le fait que le crowdfunding peut s’avérer plus coûteux que l’emprunt bancaire. En effet, prendre son indépendance à un coût. Lorsque vous mettez en place une campagne de financement participatif, vous devez prendre en compte un budget pour votre stratégie de communication. Vous ne devez pas non plus oublier que la plateforme que vous utilisez pour votre levée de fonds va vous prendre une commission. De façon générale, on estime que cette dernière peut se situer entre 5% et 12% de la somme que vous avez réussi à récolter. Si vous décidez d’avoir recours à des prêts auprès des particuliers, vous ne devez pas oublier de prendre en compte les intérêts qui vous seront demandés.

 

Si vous passez par le biais de l’equitiy crowdfunding, vous devez impérativement être conscient qu’il est possible que les parts sociales soient diluées. Ce dispositif doit être étudié de façon très minutieuse afin que vous soyez certain de ne pas perdre le contrôle de votre société.

 

À noter également que certains considèrent l’échec d’une campagne de crowdfunding comme dévalorisant. En effet, il est possible que votre campagne ne prenne pas et que les contributeurs ne soient pas au rendez-vous. Pour certains, la réussite est un signe de crédibilité. Si vous êtes face à cette situation, ne vous découragez pas, il se peut simplement que vous n’ailliez pas mis en place les bonnes méthodes.

 

Que dit la législation française à propos du financement participatif ?

 

Comme nous l’avions évoqué plus haut, le crowdfunding est désormais encadré par la loi. Sur le sol français, le financement participatif est soumis à la réglementation bancaire et financière. Pour être dans la légalité, il est important d’effectuer ses levées de fonds via des organismes ayant été agréés par l’État.

 

Ces organismes ont un compte spécialement dédié aux appels de projets. C’est sur celui-ci qu’ils recevront les fonds du financement participatif. Ce compte est tenu de façon minutieuse par les services de paiement. L’organisme qui gère les agréments se nomme l’ACPR. Ce sigle désigne l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et entretient des liens étroits avec la Banque de France. Toutes les plateformes de crowdfunding qui proposent leurs propres services de paiement doivent être agréées par cet organisme.

 

Depuis le 1er octobre 2014, il existe une ordonnance spécifique à propos du financement participatif. Deux ans plus tard, au courant du mois d’octobre 2016, un décret a été appliqué. Ce dernier vise principalement à modifier les plafonds et instaure les minibons.

 

Si vous vous penchez de plus près vers les plateformes proposant des prêts auprès de particuliers, sachez que ces dernières doivent également être inscrites sur un registre. Dans ce cas présent, il s’agit de celui de l’ORIAS, soit l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance. Concrètement, si c’est le cas, la plateforme ne sera pas définie en tant qu’organisme de crédit, mais bel et bien comme un établissement intermédiaire en financement participatif. Le montant maximum de prêt que ces plateformes pourront accorder est d’un million d’euros. Du côté des prêteurs, leurs investissements se trouvera limités à 2 000€ pour les prêts avec intérêts et à 5 000€ pour les prêts sans. À noter que dans tous les cas, les plateformes doivent obligatoirement avoir une assurance de responsabilité civile professionnelle.

 

Dans le cas de l’equity crowdfunding, trois cas de figure sont envisageables. Si la plateforme a pour but de chercher des souscripteurs pour son compte pour un projet, elle devra posséder l’agrément de prestataire de service d’investissement, appelé également PSI. Ce dernier s’obtient auprès de l’Autorité du Contrôle Prudentiel et de Résolution une fois que l’Autorité des Marchés Financiers aura donné son autorisation. Dans le cas où la plateforme fournit des conseils d’ordre financiers, elle se doit d’être enregistrée sur les registre de l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance (ORIAS). Si elle possède un statut de Conseiller en Investissement Participatif (CIP), elle sera en mesure d’effectuer des opérations jusqu’à un somme de 2,5 millions d’euros.

 

France : Le crowdfunding en chiffres

 

Vous doutez encore de l’importance du crowdfunding dans la société française ? Ces quelques chiffres pourront vous faire changer d’avis. Étant donné que le concept a pris de la notoriété ces dernières années, il a été possible d’effectuer différentes études sur le sujet et d’en ressortir quelques conclusions intéressantes.

 

On commence ce tour d’horizon avec le nombre de projets financés par an. D’après une étude réalisée par l’Association Financement Participatif de France, l’année 2015 aurait vu environ 18 000 projets se financer grâce aux plateformes de crowdfunding. Si vous voulez des chiffres plus parlants, sachez que ces projets représentent près de 300 millions d’euros, et ce rien que sur une année. Si l’on regarde de plus près les différentes formes de financement participatif, on voit que les dons représentent 50,2 millions d’euros, le prêt 196,3 millions d’euros et l’investissement 50,3 millions d’euros. Lorsque l’on regarde du côté des collectes, il en ressort que pour l’année 2015, celles qui demandaient des dons sans récompenses étaient en moyenne de 3 237€, contre 4 181€ pour celles avec.

 

Vous pensez que ces résultats sont bons ? Attendez de voir la suite. En effet, entre l’année 2015 et l’année 2016, le crowdfunding a connu une progression de 100%. En 2016, ce sont 629 millions d’euros qui ont été récoltés grâce au financement participatif, de quoi donner des idées à tous ceux qui ont envie de lancer leur propre projet.

 

Face à ces chiffres impressionnants, il est légitime de se demander à quoi est due cette étonnante progression. Selon le Président de Financement Participatif France, Nicolas Lesur, cette augmentation est la cause de la « création de nouveaux projets et de nouvelles plateformes, ainsi qu’à une hybridation de plus en plus prégnante des modèles ». À noter que les sommes collectées ne sont pas les seules à avoir augmenté entre les deux années, les financeurs sont également plus nombreux passant de 2,3 millions à 2,6 millions. Le nombre de projets financés à également connu une progression en passant de 17 775 à 21 375.

 

Derrière tout ça, qu’en est-il des financeurs ? Eh bien, eux-aussi ont été étudiés. Il a été mis en lumière que la moitié des personnes qui donnait de l’argent sur des campagnes de crowdfunding avait moins de 34 ans. Lorsque l’on se penche vers les financeurs de prêts, on remarque que c’est plus équilibré, toutes les tranches d’âges sont représentées de façon proportionnelle. À noter que pour les financeurs par investissement, ce sont les plus de 50 ans qui se lancent le plus. Au niveau des plateformes, sachez que rien qu’en France, on en compte environ 60 nouvelles chaque année.

 

En 2015, il a été prouvé que 38% des campagnes de don sans récompense étaient à visée humanitaire, 21% se destinaient à l’enseignement et 17% à la culture. Concernant les campagnes de don avec récompense, on retrouve en première position l’audiovisuel avec 31%, la culture avec 33% et l’humanitaire avec 15%. mais ces chiffres peuvent changer.

 

Si l’on prend le crowdfunding de façon générale, c’est-à-dire avec toutes les formes confondues, on voit que dans le monde, en 2014, le secteur le plus populaire est le business et l’entrepreneuriat (41,3%), suivi ensuite par l’humanitaire (18,9%), les films et les arts vivants (12,13%), l’immobilier (6,25%), et la musique (4,54%).

 

Une contribution moyenne se chiffrera à environ 64€ pour un don sans récompense, 56€ pour un don avec récompense, 426€ pour un prêt rémunéré, 78€ pour un prêt non rémunéré, 4 211€ euros pour un prêt avec obligations, 4 342€ pour un investissement et 374€ pour des royalties (chiffres 2015).

 

De façon générale, on estime que 52% des projets arrivent à boucler leur campagne et à réunir l’argent nécessaire. De plus, il est également avancé que 50% des projets qui ont réussi à dépasser 30% de leur objectif arriveront à terminer leur collecte. Ce taux monte à 90% pour ceux qui ont dépassés 50%.

 

Comment fonctionne une campagne de crowdfunding ?

 

Si vous avez un projet et que vous avez besoin de le faire financer, le crowdfunding peut certainement vous aider. Néanmoins, il est important de connaître tous les rouages de ce dispositif afin de réussir au mieux.

Dans un tout premier temps, vous allez devoir définir quelle est la forme de financement participatif qui vous convient le mieux. Généralement, ce critère se déterminera en fonction de la nature de votre projet et de vos capacités. Une fois que vous avez défini ce point, vous pouvez vous pencher sur les différentes plateformes qui vous proposent ce type de service. Il y en a beaucoup, alors prenez votre temps pour les comparer afin de ne pas vous tromper.

À noter que chez certaines plateformes, votre projet pourra ne pas être accepté. En effet, il faut que ce dernier remplisse différentes conditions afin d’avoir la chance d’être affiché sur les sites internet de financement participatif qui fonctionnent le mieux. Avant de formuler votre demande, posez-vous les bonnes questions. Est-ce que votre projet est éligible auprès de la plateforme que vous souhaitez ? Vous retrouverez généralement pour chacune d’entre elles les catégories qu’elles acceptent ou non. Généralement, il faudra que votre projet possède une finalité bien précise. Vous remarquerez vite que vos projets personnels seront refusés sur de nombreuses plateformes de crowdfunding.

Une fois que vous avez trouvé une plateforme prête à vous accompagner, vous allez devoir rédiger votre page projet. Dans un tout premier temps, vous allez devoir fixer le montant de votre collecte. Ne faites pas cette étape à la va-vite, il s’agit bien ici de l’élément le plus important de votre campagne. À noter que de façon générale, votre objectif doit être rempli pour que vous puissiez toucher l’argent. Si vous ne parvenez pas à rassembler le montant fixé dans le délai préétabli, vos financeurs seront remboursés. Vous l’aurez compris, vous ne pouvez pas vous permettre de mettre un montant plus élevé que nécessaire au risque de tout perdre. C’est d’ailleurs la durée de votre collecte que vous devrez fixer une fois que vous aurez établi son montant. Généralement, vous ne pouvez pas aller au-delà de 90 jours. Vous devez également être très vigilant à un point : une fois que votre collecte aura débuté, vous ne pourrez pas modifier sa durée, ni son montant.

 

Une fois que vous avez réglé ces deux points, vous allez devoir rédiger une présentation détaillée de votre projet. Vous devez donner un maximum d’informations dessus et surtout, vous devez expliquer la raison qui vous pousse à faire appel à des financeurs. Pour vous aider, vous pouvez vous appuyer sur ces cinq questions : Qui ? Quoi ? Où ? Comment ? Pourquoi ?

 

Dans votre description, vous devez également préciser quelle est la finalité de l’argent que vous récoltez. N’essayez pas d’être vague, vos financeurs ont besoin de clarté et de transparence. Il est recommandé de détailler chacune des dépenses qui seront faites pour inciter les potentiels participants à vous faire confiance. N’oubliez pas d’ajouter des visuels à votre présentation afin que votre campagne soit plus claire et plus attractive.

 

Si vous envisagez de proposer des contreparties, vous devez étudier ce point de façon minutieuse. En effet, vous ne pouvez pas proposer tout et n’importe quoi. Il est impératif que vos contreparties soient en lien avec le projet et qu’elles se complètent les unes aux autres. En résumé, si vous offrez une contrepartie pour un don de 5€ et une pour un don 10€, la personne qui déboursera 10€ devra toucher une contrepartie spécifique au montant qu’elle a payé ainsi que les précédentes, soit celle qui est proposée pour un don de 5€.

 

Bien entendu, la mise en place d’une campagne de crowdfunding possède bien d’autres aspects et dépendra de la plateforme qui vous accompagnera. Vous pouvez également vous appuyer sur cette dernière. En effet, il est fort probable qu’un membre de l’équipe vienne vous donner des conseils avisés en matière de financement participatif. Ne faites pas l’impasse dessus, cela vous permettra de toucher le plus de financeurs possible.

 

Comment rendre sa campagne de crowdfunding efficace ?

 

Vous avez monté votre projet, vous avez trouvé la plateforme de financement participatif idéal et il ne vous reste plus qu’à trouver des financeurs ? Bien joué. Néanmoins, vous allez vite vous rendre compte que ce travail demande beaucoup d’énergie. Voici quelques conseils pour rendre votre campagne la plus efficace possible.

 

Dans un tout premier temps, vous devez mobiliser votre propre communauté afin de réussir à créer une campagne virale. Les premières personnes que vous allez essayer de toucher sont vos proches, à savoir vos amis, votre famille et vos collègues. Si vous arrivez à mobiliser suffisamment votre entourage, vous allez pouvoir toucher une deuxième catégorie de personnes : les amis de vos amis. Même si vous ne les connaissez pas, il se peut que certains d’entre eux jouent un rôle décisif dans la création de votre projet et donc dans votre réussite. Une fois que ces deux catégories de personnes auront été touchées par votre campagne de financement participatif, cette dernière sera lancée aux yeux du grand public. Vous vous rendrez alors visible à des personnes venues des quatre coins du monde et qui se rassembleront autour de votre projet si elles partagent votre passion. Afin de pouvoir toucher le plus de monde possible, vous pouvez vous tourner vers des influenceurs. Ces derniers sont en général des blogueurs ou des journalistes qui ont la capacité de relayer votre message à grande échelle. Néanmoins, ces derniers ne doivent être contactés que lorsque votre campagne aura déjà connu un certain succès.

 

Pour pouvoir faire une promotion efficace, vous ne pouvez définitivement pas faire l’impasse sur les réseaux sociaux. Parmi les plus populaires d’entre eux, on retrouve Facebook et Twitter. Ces deux outils vous permettront de gagner en visibilité et de partager votre message auprès d’un grand nombre de personnes. N’oubliez pas non plus d’envoyer votre campagne de crowdfunding par e-mail à vos contacts, il se peut que parmi eux se trouvent l’un de vos financeurs les plus importants. Si vous possédez un blog ou bien un site internet, n’oubliez pas de faire de la pub pour votre propre campagne de financement participatif dessus. Qui sait, peut-être qu’un internaute tombé là par hasard aura le coup de foudre pour votre projet.

 

Ces quelques astuces pourront vous aider à mener à bien une campagne de financement participatif pour porter votre projet vers la réussite. Bien entendu, il existe encore plein d’autres petits détails qui peuvent vous aider. Le plus simple reste de demander l’avis d’une personne ayant déjà eu à vivre ce genre d’expérience.

 

En résumé

 

En résumé, le financement participatif offre tout un tas de possibilités aux personnes qui sont prêtes à accorder du temps et de l’énergie à ce concept. Si vous avez un projet à développer et que faire un prêt traditionnel auprès d’une banque ne vous inspire pas, vous pouvez toujours vous tourner vers les nombreuses plateformes de crowdfunding qui sont disponibles sur le web. Une fois que vous aurez mis en place toutes les astuces qu’il existe afin de réussir, vous aurez toutes les chances de votre côté de récolter suffisamment de fonds pour mener à bien vos idées. Pour l’instant, cette méthode de financement ne cesse de gagner en popularité et cela ne s’arrêtera surement pas tout de suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veux-tu  commencer à construire ton patrimoine ?

Profites pour commencer à t'enrichir et exploites le système grâce à ce premier placement jusqu'à 10%
Je veux moi aussi gagner
* vous souscrivez à la newsletter richesse et finance et vous serez redirigé vers l'opportunité d'investissement du moment (lendix)
close-link

Recevez nos petits secrets pour devenir riche.

Profitez-en pour recevoir gratuitement par mails tout ce que vous avez besoin:
-les bons plans, les informations exclusives, les meilleurs conseils...
J'en profite
close-link