consommation collaborative

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

C’est quoi la consommation collaborative?

La consommation collaborative peut être définie comme l’ensemble des systèmes de circulation des ressources, qui permettent aux consommateurs «d’obtenir» et de «fournir», temporairement ou en permanence, des ressources ou des services par une interaction directe avec d’autres consommateurs ou par l’intermédiaire d’un médiateur. La consommation collaborative n’est pas nouvelle; elle a toujours existé (par exemple, sous forme de marchés aux puces, de vente de garage et de magasins d’occasion), mais elle a retrouvée un nouvel élan grâce à la technologie de l’information, en particulier le Web 2.0

Quelle est la différence entre la consommation collaborative et consommation tout court?

La consommation collaborative contraste nettement avec la notion de consommation conventionnelle. La consommation conventionnelle implique des consommateurs passifs qui ne peuvent ou n’ont pas la capacité de fournir des ressources ou des services. En revanche, la consommation collaborative ne consiste pas seulement en «consommateurs», mais en contrepartie qui peut aussi «fournir» des ressources à d’autres (par exemple, les autres consommateurs, les organisations, les gouvernements). Dans l’ensemble, la capacité des consommateurs à changer les rôles du «consommateur» au «fournisseur» constitue le principal critère de distinction entre la consommation conventionnelle et la consommation collaborative .

Quels sont les Types de consommation collaborative

Il existe essentiellement plusieurs distinctions selon les auteurs.

Une typologie à deux formes de consommation collaborative, les systèmes de mutualisation ou de redistribution.

Les systèmes de mutualisation ou d’accès de ressources sont des systèmes  dans lesquels les individus peuvent fournir et obtenir un accès temporaire aux ressources, gratuitement ou moyennant des frais. Les systèmes d’accès gérés par le commerçant (p. Ex. Car2Go, Zipcar, Bixi) n’autorisent pas les individus à fournir des ressources, et ne sont donc pas des systèmes de mutualisation, alors que les sites de location entre particuliers ou même des bibliothèques de prêt de jouets qui le permettent le sont.

Les systèmes de redistribution ce sont des systèmes dans lesquels les individus peuvent fournir et obtenir des ressources en permanence, gratuitement ou moyennant des frais.

En se concentrant uniquement sur les systèmes de redistribution, l’indice canadien de l’économie secondaire Kijiji de 2016 a estimé qu’environ 85% des consommateurs ont acquis ou vendu des biens d’occasion  (achat et revente d’occasion, donation ou Échange) via des canaux d’échange en ligne ou hors ligne.

Selon l’Indice Kijiji de l’économie secondaire de 2015, le marché canadien de l’occasion, seul, était estimé à 230 milliards de dollars. En outre, les plates-formes de mutualisation à but lucratif ou  l’économie du partage, représentaient un marché mondial d’une valeur de 15 milliards de dollars en 2014; 29 milliards de dollars, en 2015; Et devraient atteindre 335 milliards de dollars d’ici 2025

Jenna Wortham dans le New York Times, suggère de distinguer deux formes de consommation collaborative

  • Les formes où l’on se regroupe pour acheter en commun pour obtenir un meilleur prix ou savoir ce que et à qui on achète ou financer un projet sur le principe du financement participatif
  • les formes qui organisent le prêt, le don, le troc ou l’échange de biens, de temps, de compétences ou la location d’objets entre particuliers

 

Tandis que Rachel Botsman propose de distinguer trois systèmes de consommation collaborative :

  • l’autopartage, les vélos en libre-service ou encore la location (organisée par un intermédiaire ou entre particuliers) seraient à placer dans cette catégorie. C’est le principe des plateformes de location de voiture ou bateaux entre particuliers
  • Les systèmes de redistribution organisent le passage de biens d’une personne les possédant à une personne les recherchant. C’est le principe du C to C et des plateformes comme PriceMinister, Le Bon Coin mais aussi du troc, du don (Freecycle, Recupe.net), de l’échange…
  • Les styles de vie collaboratifs regroupent les formules de partage de ressources immatérielles entre particuliers : espace, temps, argent, compétences. couchsurfing, colunching, coworking, cohabitat, prêt entre particuliers, achat groupé, repas chez l’habitant feraient ainsi partie de cette catégorie.

Le double rôle du consommateur

La consommation collaborative est un défi pour les spécialistes et les praticiens, car, en tant que concept, il induit un rôle bilatéral au consommateur  qui va au-delà de la notion classique d’acheteur / consommateur et qui n’a généralement pas d’entrée dans le processus de production ou de distribution.

Les entreprises ont traditionnellement vendu des produits et des services aux consommateurs, ils commencent maintenant à tirer leurs ressources aussi en co-création ou notamment ou via le crowdfunding .

Cela signifie que les individus peuvent «changer de rôle, s’engager dans l’esprit d’entreprise, intégrer et collaborer pour produire et accéder à des ressources». La consommation collaborative se caractérise par la capacité des consommateurs à être à la fois «consommateurs» et «fournisseurs» de ressources, dans un «système de circulation des ressources» donné. Un système de consommation collaborative signifie donc un système de circulation des ressources dans lequel l’individu n’est pas seulement un simple «consommateur», mais aussi un chercheur qui a la possibilité d’endosser, si désirée ou nécessaire, un rôle «fournisseur» (par exemple, Kijiji, Craigslist, eBay ),

 

Consommateur – L’individu qui cherche à obtenir une ressource ou un service qui est fourni directement par un autre consommateur (c’est-à-dire le fournisseur), ou indirectement par la médiation d’une organisation connue sous le nom de «médiateur», qui peut être à but lucratif (par exemple IKEA utilisé Ventes de meubles) ou à but non lucratif (p. Ex. L’Armée du Salut);

Fournisseur – L’individu qui fournit une ressource ou un service soit directement, à un consommateur , soit indirectement, par l’intermédiaire d’un «médiateur» (à but lucratif ou à but non lucratif).

Les consommateurs s’inspirent du processus de création de valeur, pas en tant que travailleurs formels, employés ou fournisseurs, mais en tant que fournisseurs informels , afin de concilier leurs intérêts personnels . Dans l’intervalle, les organisations font appel à la sphère des biens et compétences privés, en tant qu’organisations officielles et non en famille, en amis ou en connaissances, pour réaliser des bénéfices ou atteindre d’autres objectifs.

Les pratiques de la consommation collaborative:

Les pratiques impliquent l’achat d’occasion, la réception du don, le troc, l’accès temporaire aux ressources gratuites ou à titre compensatoire (à l’exclusion des locations de biens consommation conventionnelles), la consommation reconditionnée / rénovée et, dans une moindre mesure, la consommation recyclée;

Autres acteurs

Les consommateurs peuvent échanger des ressources et des services directement avec ou sans le soutien d’un «intermédiaire», qui est une entité qui facilite l’échange entre l’obtention et le fournisseur (par exemple, Kijiji, Freecycle, Yerdle). Les consommateurs définissent les termes et conditions de l’échange, ce qui fait référence à une collaboration pure. Il existe également d’autres types de tiers qui sont plus impliqués dans la relation entre le consommateur et le consommateur. Ceux-ci sont appelés «médiateurs». Ils déterminent les termes et conditions de l’échange entre les consommateurs et peuvent généralement prendre une proportion prédéterminée de la quantité de valeur échangée. Les exemples incluent les magasins d’occasion auxquels les consommateurs peuvent faire don ou revendre des biens qui sont ensuite revendus à d’autres consommateurs. Certaines plates-formes telles que Uber, Airbnb, TaskRabbit ou Lending Club sont également incluses. L’intervention des médiateurs dans une relation de pair à pair témoigne de la collaboration d’approvisionnement et de sa collaboration commerciale corollaire.

Intensité de la collaboration

La consommation collaborative peut être mieux conçue dans une perspective de «système de circulation des ressources» qui comporte différents niveaux d’intensité collaborative, à savoir: une collaboration pure (C2C ou Consumer-to-Consumer); collaboration d’approvisionnement (C2O, ou Consumer-to-Organization); Et la collaboration commerciale

La collaboration pure implique des échanges P2P directs, dans lesquels les consommateurs échangent directement une ressource ou un service spécifique. Par exemple, sur les plates-formes en ligne telles les sites Web d’enchères, les consommateurs fournissent et obtiennent directement des ressources ou des services. Bien que ces plates-formes en ligne soient intermédiaires, elles ne sont pas des «médiateurs», car les consommateurs sont libres de concevoir ensemble les termes et conditions de distribution et de consommation de la ressource ou du service, alors que les médiateurs interfèrent dans l’élaboration.

En somme, les médiateurs sont des intermédiaires, mais tous les intermédiaires ne sont pas nécessairement des médiateurs.  À l’inverse, l’utilisation de TheCarpoolingNetwork permet aux consommateurs de s’arranger les termes et conditions de l’échange et le site Web agit comme un facilitateur, et non comme un médiateur.

La plupart des sites Web C2C sont des plates-formes en ligne et fonctionnent sur le modèle freemium, où l’utilisation du site est gratuite, mais les fonctionnalités premium doivent être payées . D’autres ont un mode d’échange de donation, par lequel l’utilisation du site est gratuite mais des dons financiers sont demandés ou acceptés pour compenser les coûts de production et de maintenance (par exemple, The Khan Academy).

Sourcing collaboration

Sourcing collaboration Les nouvelles technologies ont suscité une créativité entrepreneuriale pour développer de nouvelles types d’intermédiaires  . Ils ne font par exemple sans livrer ou produire quoi que ce soit par eux-mêmes, mais en capitalisant sur les logiques du crowdsourcing pour le faire.

La collaboration d’approvisionnement signifie donc que les organisations ne fournissent pas une ressource ou fournissent un service aux consommateurs par eux-mêmes, mais s’appui sur les fournisseurs (c’est-à-dire les consommateurs) pour effectuer l’un des deux. Ils bénéficient d’Internet pour servir de médiateur, à un coût et plus efficacement, des échanges qui, autrement, seraient authentiquement des échanges C2C.

À titre d’exemple, la collaboration d’approvisionnement peut se référer à des produits rénovés ou reconditionnés, vendus par des organisations conventionnelles, mais fournit par les consommateurs (c’est-à-dire les fournisseurs) qui, pour une raison ou une autre, étaient mécontents des produits en question.

D’autres exemples incluent la fourniture de ressources pour les consommateurs aux revendeurs d’antiquités, aux magasins en consignation ou au programme Fulfillment By Amazon (FBA) d’Amazon. De même, les plates-formes en ligne qui dépensent un pourcentage du coût de la transaction dans les échanges présumés C2C (par exemple, Uber, Instacart, TaskRabbit, Airbnb), externalisent en fait la réalisation de tâches    afin de les redistribuer efficacement   . , Une ressource tangible peut circuler entre plusieurs organisations (intermédiaires) du fournisseur à l’utilisateur final. Par exemple, une voiture vendue par un consommateur à un concessionnaire automobile professionnel peut alors être vendue et revendue par plusieurs autres concessionnaires automobiles avant d’être finalement revendue à un consommateur.

Collaboration commerciale

La collaboration commerciale est l’opposé symétrique de la «collaboration d’approvisionnement», en ce sens qu’il se réfère à l’obtenteur qui bénéficie d’une ressource faite par une organisation mais fournie à l’origine par un autre consommateur (c’est-à-dire un fournisseur) via une collaboration d’approvisionnement. L’obtenant bénéficie ainsi d’une ressource provenant initialement d’un fournisseur auprès d’un médiateur. Le médiateur, à son tour, offre la ressource des fournisseurs à l’acheteur, généralement, mais pas exclusivement, à un coût qui sera totalement, partiellement ou pas du tout retourné au fournisseur d’origine. Contrairement à la consommation conventionnelle,  la collaboration commerciale présuppose que la ressource dont bénéficie l’acheteur est originaire d’un autre consommateur.

Par exemple, la collaboration commerciale se produit lorsque le consommateur B obtient un iPhone rénové moins cher qui a été échangé à une plateforme par le consommateur A. C’est également le cas lorsque le consommateur B bénéficie de la livraison de ses produits d’épicerie par le consommateur A, par l’intermédiaire de l’application de crowdsourcing.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veux-tu  commencer à construire ton patrimoine ?

Profites pour commencer à t'enrichir et exploites le système grâce à ce premier placement jusqu'à 10%
Je veux moi aussi gagner
* vous souscrivez à la newsletter richesse et finance et vous serez redirigé vers l'opportunité d'investissement du moment (lendix)
close-link

Recevez nos petits secrets pour devenir riche.

Profitez-en pour recevoir gratuitement par mails tout ce que vous avez besoin:
-les bons plans, les informations exclusives, les meilleurs conseils...
J'en profite
close-link